Au défilé de Wales Bonner, à Londres, des hommes en robe. Pour rappeler que tant d’hommes dans le monde vivent en robe.

Les défilés homme automne-hiver 2017 ont commencé et confirment que la mode masculine vit en ce moment, disons, l’inverse du Brexit. Au lieu de se replier sur elle-même, elle s’ouvre. Chez Wales Bonner , marque d’une poésie bienfaisante, ayant remporté en 2016 le prix LVMH, on a vu deux hommes en robe (sublime !). J’étais, l’autre jour, à un dîner où on parlait de ça. Ce n’était que hauts cris : “ Ah non, mais des hommes en robes, n’importe quoi !” Les “ ce n’est pas viril !” pleuvaient de la bouche de personnes supposées défendre une plus grande liberté en tout, normalement. Eh bien là, ils voulaient libérer que dalle. J’ai tenté d’expliquer que les hommes, à travers les siècles, ont porté des robes et qu’ils en portent encore aujourd’hui dans de nombreux pays. Mes interlocuteurs, pourtant multiculturalistes, ont illico braillé qu’on ne pouvait pas comparer les codes “ des autres” et les nôtres. “ Le pantalon, c’est tout ce qu’il nous reste”, ai-je même entendu. Vous me direz : “Change d’amis, ceux-là ont la culture générale d’un kiwi.” Et vous auriez raison. J’ai quand même essayé de les convaincre, il y allait de l’honneur de la Mode pour tous . Le pantalon n’est pas une invention récente, ni même réservée aux hommes : on en a trouvé trace au paléolithique supérieur et… sur des femmes, ah ah ! Sous la forme qu’on lui connaît en Europe, il nous vient des Turcs ottomans. Chez nous, il ne devient un vêtement de ville que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Rien d’ancestral ne relie l’homme au pantalon, à part l’interdiction qui fut longtemps faite aux femmes d’en porter, sauf à effectuer un travail dangereux (mines de charbon, par exemple). Donc, au fond (du pantalon …

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur o.nouvelobs.com